Page 13

13 r e u x p o u r elles q u e les sucres étrangers. Telle était leur préoccupation à l'égard de ces d e r niers q u e , bien q u e la p r o d u c t i o n du sucre d e betterave eût été déjà, lors de l'enquête d e 1828, officiellement constatée à près de c i n q millions de kilog., c e p e n d a n t les o r g a n e s d e nos c o l o n i e s ne formulèrent a u c u n e réclamation c o n t r e l'exemption de droit d o n t ce sucre jouissait. Il est vrai q u e , grâce à la p r i m e , cette p r o d u c tion n'altérait pas alors sensiblement les p r i x à l'intérieur. Mais toujours merveilleusement servi p a r la science, et p a r les m o y e n s les plus avancés d e l'industrie, le s u c r e d e b e t t e r a v e se perfectionne sans cesse et s'accroît r a p i d e m e n t ; chaq u e a n n é e il se présente en plus g r a n d e a b o n dance sur nos m a r c h é s . A u s s i , de 1828 à 1 8 3 3 voyons-nous des q u a n t i t é s de sucre de plus en plus considérables venir d e m a n d e r à la p r i m e le m o y e n de s'écouler à l'étranger. Les sommes q u e ces exportations r é c l a m è r e n t à cette é p o q u e d e v i n r e n t si i m p o r t a n t e s , et constituèr e n t a u t r é s o r u n tel déficit (1) q u e le g o u v e r n a i e n t r e c o n n u t enfin la nécessité de m e t t r e un terme à des e x p o r t a t i o n s si o n é r e u s e s à l Etat. En effet, il y avait là u n a b u s très grave :1a s o m m e d e 120 francs appliquée à 100 kilog, d e (1) Dans la seule année de 1832, les sommes payées par le trésor a l'exportation des sucres raffinés se sont élevées à 19 millions.

Le sucre colonial et le sucre indigène  

Auteur : Louis Jacques Marc Fournier / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Le sucre colonial et le sucre indigène  

Auteur : Louis Jacques Marc Fournier / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Profile for scduag
Advertisement