Page 96

84

AUX ANTILLES

que j'interroge me disent : « These last forty seconds seemed to us as so many interminable minutes. » Ces quarante secondes nous semblèrent d'interminables minutes. Mais, à tout Européen de passage, ce qui semble plus extraordinaire, c'est toujours, chez les habitants de ces îles, cette audace mêlée à cette insouciance. Ils ressemblent à des oiseaux qui secouent leurs plumes après l'orage et se mettent à chanter. Au lendemain d'une telle catastrophe, à la veille d'une autre semblable, plus effroyable peut-être, avec la certitude tout au moins que, tôt ou tard, un pareil événement se reproduira, tranquillement

ils vaquent à leurs

occupations, à leurs plaisirs. A la lettre ces gens vivent sur un volcan : ils ne s'en soucient. Mentalité singulière, faite pour étonner de prime abord. A la réflexion on la comprend. Ces dangers, somme toute, qu'est-ce donc sinon un péril de plus ajoutés à ceux qui partout nous environnent. Tout homme en vivant (du fait simplement de son existence, en quelque lieu qu'il se trouve) ne témoigne-t-il pas du même courage et de la même insouciance? N'est-ce

point Maupassant

qui faisait un jour cette remarque saisissante et juste : « Quelle étrange chose de voir les hommes

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Advertisement