Page 207

LA GUADELOUPE

195

emmener aux Vieux-Habitants. Certes, il y a des routes à la Guadeloupe, nombreuses et bien entretenues, mais la route la plus commode, la plus rapide c'est encore et toujours la mer. Un village n'est-il pas trop enfoncé dans l'intérieur des terires : pour vous y rendre n'hésitez pas, sautez dans un bateau. C'est ce que je fis. La traversée fut calme. A bâbord se déroulaient les montagnes de la Guadeloupe, fraîches, luxuriantes et vertes. La contemplation du paysage m'eût absorbé si je n'en avais été distrait parles notes discordantes des clairons, des flûtes, des cornets à pistons qui préludaient par d'insupportables accords aux délicieux morceaux électoraux que nous devions entendre tout à l'heure. Celui-ci soufflait un la, l'autre un si, ce troisième un ré. De tous côtés, on apercevait des joues noires, boursouflées, des lèvres avançantes collées à des embouchures de cuivre. Les porte-drapeaux, déployant leurs enseignes, les agitaient furieusement au-dessus des flots. Des saluts, des hourras venus de la côte leur répondaient. Les échos nous en arrivaient entre deux gémissements de vagues sur la coque, entre deux coups de piston du petit vapeur haletant. Debout à l'arrière, appuyé sur sa canne comme sur un trident, le député lourd et puissant

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Advertisement