Page 114

102

AUX ANTILLES

flocons de neige. Ils montent, tranquilles et calmes, sur la limpidité du ciel bleu. Entre des. rives de joncs, de bambous, de roseaux, écume, mugit un torrent furieux. Sous un enchevêtrement d'arbres et de lianes les vallées dissimulent leurs précipices, tandis qu'à l'abri des palmiers dont émergent çà et là les têtes étoilées, les hommes édifièrent leurs masures insignifiantes. Ce sol noir, fertile, cette terre grasse où dorment des germes de vie n'est qu'un résidu d'éruptions innombrables. Ceci vient de cela. Un Éden est sorti de cet enfer. Tandis que je réfléchissais à ces choses, mon cheval reprit son pas languissant;mon boy nègre s'endormait en trottant à mes côtés, et par de multiples lacets je m'élevais insensiblement sur le flanc des montagnes. Bientôt, sous les herbes folles, le sentier pierreux disparaît complètement. Sans que je puisse voir où ils se posent, les fers de mon cheval y plongent. Elles sifflent en s'écartant devant ses jambes, si pressées, si touffues que l'on s'imagine marcher dans un champ de blé ou d'avoine.Parfois le sentier pénètre profondément dans la forêt. Pour lui creuser un passage, à coups de hache, les hommes trouèrent les bois, mais de chaque côté,

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Advertisement