Page 92

60

MADININA, REINE DES ANTILLES

ses nièces. Je ne fais, —je vous l'assure —qu'acquiescer à la demande qu'il m'en fait en vous demandant la deuxième dont l'âge est le plus analogue au sien. Il ne s'agissait pas, on le voit, de Marie-Josèphe-Rose, mais bien de la fille cadette de M. de la Pagerie, Catherine-Désirée, qui n'avait que treize ans. Celle-ci venait malheureusement de mourir le 10 octobre, emportée en quelques jours par une fièvre maligne. Son père, à qui ce mariage plaît fort, annonce le décès à M. de Beauharnais, mais en même temps, il offre sa troisième fille qui n'a que onze ans. « Toutefois, ajoute-t-il, si on voulait accepter l'aînée, ce serait plus simple; elle a une fort belle peau, de très beaux bras, et désire infiniment venir à Paris », et il fait savoir qu'il a l'intention d'aller en France dans le courant du mois d'avril 1778. A cette lettre, Mme Renaudin, au nom de M. de Beauharnais, répond : « Arrivez avec une de vos filles, ou deux; tout ce que vous ferez nous sera agréable. Il nous faut une enfant à vous. » Devant cette insistance, et malgré l'état de guerre qui existe toujours avec les Anglais, M. Tascher de la Pagerie s'embarque avec sa fille Marie-Rose sur la flûte l'Ile-de-France, qui, escortée par la frégate la Pomme, arrive à Brest un mois plus tard. C'est dans cette ville que se rencontreront les deux fiancés; Mme Renaudin et Alexandre de Beauharnais y sont en effet venus chercher les de la Pagerie. Alexandre n'est pas enthousiasmé et il écrit à son père que sa fiancée n'est « presque pas jolie ». Le mariage avec cette petite créole ne l'emballe guère, mais comme il veut s'émanciper pour avoir jouissance entière de sa fortune, il s'y résoudra. D'ailleurs, il ne peut faire autrement sans provoquer un scandale, car les bans ont été déjà publiés à la Martinique; il se résignera donc à une situation qu'il ne peut plus éviter. Les deux fiancés, après un séjour à Brest pendant lequel M. de la Pagerie tomba malade, rentrent à Paris en passant par Guingamp et Rennes. Les bans sont publiés à l'église Saint-Sulpice, et le 13 dé-

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement