Page 88

56

MADININA,

REINE DES ANTILLES

La guerre terminée, le lieutenant de la Pagerie retourna aux TroisIlets, et le 23 juin 1763 — le traité de Paris venait de rendre la Martinique à la France — sa femme Rose donna le jour à une fille qui reçut les prénoms de Marie-Josèphe-Rose, celle-là même qui devint dans la suite « plus que Reine » — Impératrice des Français, — et que dans l'intimité on appelait non pas Joséphine, ni Josèphe, mais Yeyette. Grâce à l'appui de M. de Beauharnais, qui, malgré sa disgrâce, avait obtenu une pension de 120.000 livres, le grade de chef d'escadron, le titre de marquis de la Ferté Beauharnais, seigneur de la Ferté Ourain en Sologne, le lieutenant réformé de la Pagerie obtint une pension annuelle de 450 livres. Cette pension lui fut d'un grand secours, car trois ans après la naissance de Yeyette, dans la nuit du 13 au 14 août 1766, un cyclone épouvantable le ruinera complètement. La maison des Trois-Ilets est démolie et toutes les plantations sont détruites. Seul, le bâtiment de la sucrerie résiste et c'est dans ce local incommode — dont les ruines existent encore — que toute la famille de La Pagerie va s'installer; on a seulement ajouté une galerie sur la façade sud. La mer est tout près, mais on ne la voit pas de la sucrerie; le village des Trois-Ilets est à un kilomètre de là; il n'est constitué que par quelques maisons en bois, groupées autour d'une chapelle. De l'autre côté de la baie, se trouve Fort-RoyaL C'est là que grandit Marie-Josèphe-Rose, que tout le monde persiste à appeler Yeyette. Elle est confiée aux soins d'une servante mulâtresse nommée Marion — celle-là même qui, plus tard, sera affranchie et recevra de l'Empereur Napoléon une pension annuelle de 1.200 francs — et jusqu'à l'âge de dix ans, la belle enfant vivra en pleine liberté. La flânerie dans les ombres profondes que font les immenses manguiers au-dessus du ruisseau clair où l'on prend son bain, les longues admirations de soi; l'étude de son corps et des mouvements de grâce qu'on peut lui donner, le continuel bavardage, flatteur, adulateur, tendre pourtant des

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement