Page 55

QUELQUES PAGES D'HISTOIRE

31

malgré la résistance de la milice locale. Le gouverneur Rochambeau dut se réfugier au Fort-Bourbon (Desaix) et supporta un siège et un bombardement de 32 jours. A la fin, alors que dans le fort assiégé il ne restait plus qu'un canon en état de servir, il fut obligé de capituler, mais sa défense fut si héroïque que les Anglais lui accordèrent les honneurs de la guerre. En cette même année 1794, la veille du jour où les Anglais débarquèrent à la Martinique, la Convention nationale avait proclamé l'abolition de l'esclavage dans toutes les colonies françaises; l'occupation anglaise empêcha seule l'application de la loi.

XIXe SIÈCLE

1802. — Le traité d'Amiens rend la Martinique à la France. 1802 (19 mai). — Bonaparte, Premier Consul, rétablit, l'esclavage, et même la traite. Fort-Royal prend le nom de Fort-de-France.

1809. — Nouvelle invasion de la Martinique par les Anglais qui, au nombre de 15.OOO, débarquent au Robert et vont assiéger le FortDesaix. L'amiral Villaret-Joyeuse, alors gouverneur de la colonie, capitule sans avoir épuisé tous les moyens de défense.

1814. — En exécution du traité de Paris (30 mai 1814) les Anglais évacuent la Martinique, mais il y reviennent pendant les Cent Jours, et occupent même les forts jusqu'en avril 1816. Mais le traité du 20 novembre 1815 fait rentrer définitivement la colonie sous la domination française; depuis cette époque, elle n'a subi aucune attaque et n'a plus été occupée par l'étranger.

1817. — Cyclone dévastateur qui se renouvelle en septembre 1818. 1820. — Introduction de l'arbre à pain, importé de Taïti.

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement