Page 40

20

MADININA, REINE DES ANTILLES

tendais à voir un établissement en pierre avec salles de jeux, petits chevaux, salle de bal, etc.. Désillusion!. Le « Grand Casino », situé au pied du Calvaire qui domine la ville, n'est qu'une vaste maison en bois, dont tout le rez-de-chaussée est occupé par la salle de bal. En l'honneur des marins, on avait mis beaucoup de drapeaux tricolores et de lanternes vénitiennes; des chaises et des tables supplémentaires avaient été ajoutées à celles qui, d'ordinaire, la garnissent. Lorsque j'y arrivais à 22 heures, la salle était déjà pleine; plusieurs de mes camarades du Jeanne-d'Arc y bostonnaient avec leurs danseuses d'occasion, dont la plupart étaient les blanchisseuses venues à bord le matin. Je ne pus m'empêcher de constater que toutes ces femmes avaient un sens parfait de la mesure et valsaient admirablement, au son d'un orchestre qui me rappelait l' « American Jazz»du Casino de Paris. Juchés sur une estrade, deux musiciens noirs, en bras de chemise, soufflaient éperdument, l'un dans un cornet à piston, l'autre dans un trombone à coulisse; à côté d'eux, un joueur de clarinette fermait sentimentalement les yeux et se dandinait en mesure. Un autre grand diable frottait consciencieusement un archet sur un violoncelle, tandis qu'un tout jeune homme secouait frénétiquement une boîte de zinc renfermant des clous. Des comparses frappaient les uns un tambour, d'autres des tringles de fer; tous battaient la mesure avec leurs pieds et aussi avec leur tête, tandis que le trombone, debout sur l'estrade et penché sur la salle, accentuait la cadence en allongeant par saccades son instrument qu'il dirigeait tantôt à droite, tantôt à gauche. Cet orchestre bizarre jouait les airs de fox trott les plus connus mais en y mettant une telle chaleur, une telle cadence, qu'il aurait fallu être en bois pour résister à une musique aussi entraînante. Et cependant, il faisait si chaud dans cette salle violemment éclairée à l'électricité que, malgré la brise du soir qui entrait par les fenêtres largement ouvertes, danseurs et danseuses étaient en sueur et ne cessaient de s'éponger le front. Vers minuit, il y eut un repos d'une demi-

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement