Page 34

16

MADININA, REINE DES ANTILLES

de la Martinique, « la Perle des Antilles », que nous avions tous hâte d'y arriver. Aussi, dès 6 heures du matin, nous étions sur le pont; à 9 heures, nous passions devant Saint-Pierre dont nous apercevions les maisons en construction; par contre, la Montagne Pelée était enveloppée de nuages, et il ne nous a pas été possible d'en distinguer le sommet. Une heure plus tard, nous jetions l'ancre devant Fort-deFrance, après avoir annoncé notre arrivée par une salve de 21 coups de canon, auxquels répondit le fort Saint-Louis. La rade de Fort-de-France est magnifique; c'est une immense baie en forme de demi-cercle que défendent de nombreux forts; une flotte tout entière pourrait s'y abriter en toute sécurité. Vue de la mer, la ville, avec sa couronne de verdure, ses maisons jaunes et ses toits rouges que domine le clocher en fer de l'église, présente un aspect tout à fait séduisant. On a l'impression d'avoir devant soi un tableau fortement coloré, dont les teintes sont rendues encore plus vives par l'extrême luminosité de l'atmosphère. Aussi, mon âme de peintre a tressailli devant cette orgie de couleurs, et pendant de longues minutes, je suis resté en admiration devant ce spectacle nouveau pour moi. Quelques instants après notre arrivée, de nombreuses embarcations se sont dirigées vers notre navire; la baleinière de la Santé dans laquelle se trouvait un jeune médecin colonial fut la première qui aborda la coupée; ce fut ensuite le tour de la chaloupe à vapeur de l'Arsenal; d'autres embarcations occupées par des officiers et par des fonctionnaires accostèrent également. Au bout d'une heure, elles étaient si nombreuses qu'elles ne pouvaient plus avancer sans se gêner mutuellement. Dans les pirogues élancées, manœuvrées par des indigènes, s'amoncelaient des fruits exotiques de toutes sortes : noix de coco, bananes, oranges, goyaves; mais ce qui frappa le plus notre curiosité, ce fut la présence dans les chaloupes de plusieurs femmes portant avec beaucoup de grâce le costume du pays. Les unes étaient simplement vêtues, mais d'autres, au contraire, avaient des robes de soie

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement