Page 32

14

MADININA, REINE DES ANTILLES

vision de fruits savoureux. Ananas et goyaves, oranges et bananes abondent maintenant sur notre table; nous les trouvons délicieux.

4 janvier, 9 heures, soir.

Nous avons quitté Pointe-à-Pitre à il heures; deux heures plus tard, nous stoppions en rade de Basse-Terre, capitale de la Guadeloupe, mais ville moins importante que Pointe-à-Pitre. Nous n'y sommes restés qu'une heure. En ce moment, nous voguons vers la Martinique et nous arriverons à Fort-de-France dans une heure. Sur le pont, règne une grande animation; les chaises longues sont pliées, on commence à monter les malles. Pour moi, c'est la fin d'un beau voyage que j'ai trouvé trop court. Dans quelques instants, il nous faudra quitter le Haïti où nous avons passé, somme toute, d'agréables journées, sans soucis d'aucune sorte, au milieu de gens aimables que nous ne reverrons peut-être jamais. Mais ce regret est atténué par la joie qui m'est réservée, celle de revoir, après de longues années d'absence, le pays où je suis né, où j'ai passé la plus grande partie de mon enfance, et auquel tant de liens m'attachent encore. J'éprouve un vrai plaisir à regarder cette côte découpée dont je connais tous les recoins, et tandis que le navire évolue majestueusement sur la mer phosphorescente, je cherche des yeux le phare de la Pointe des Nègres qui indique aux navigateurs l'entrée de la rade de Fort-de-France.

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement