Page 307

LE COIN DES POÈTES

233

MON ILE

Mon île, voudrais-tu par ce matin d'automne Rappeler à mon cœur tes midis éclatants, Et sous le ciel brumeux dont mon regard s'étonne Évoquer la clarté des éternels printemps? Qu'ils sont loin, les frissons de la vague endormie Sous l'or liquide et chaud du glorieux soleil, Et le mol abandon, et l'ombreuse eurythmie D'un feuillage mouvant au vert toujours pareil. Qu'ils sont loin, ces oiseaux dont se perd en la nue Le long vol éploré, vertigineux et lent, En route vers l'azur et la rive inconnue : Comme résonne en moi, soudain, leur cri dolent. 0 partir à mon tour, voguer vers ta lumière O mon île, et lassé d'un songe aventureux, Retrouver l'humble abri de l'antique chaumière Pour attendre la mort de mon cœur douloureux. (La Cendre empourprée),

22

août

1925.

Marcel

ACHARD.

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement