Page 300

226

MADININA,

REINE DES ANTILLES

MON PAYS

Mon pays appartient aux dieux Son ciel semble irréel il est vaporeux. Il flotte des parfums au-dessus de ses rives. Ses fleurs ont la puissance ardente des couleurs Et ses oiseaux aux teintes vives Sont pareils aux éclats d'une même splendeur. Sa forêt est profonde et garde le mystère Des Edens primitifs; Elle envahit le sol entier, court des récifs Au sommet du cratère. Et ses arbres sont de vivants géants Qui bondiraient vers l'onde, Si des lianes-fleurs, les encerclant, Ne les retenaient loin des autres mondes Une musique errante en trouble le silence C'est la brise qui vient des filaos pleureurs, Passe en cadence Et meurt. Sur cette terre L'oiseau chante moins que le vent; Mais s'il se tait, il fait de la lumière en volant.

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement