Page 297

LE COIN DES POÈTES

MADININA

Comme une Néréide, au soleil, engourdie Sur l'onde, en s'enivrant de la brise attiédie, Sous le ciel pur, dans le flot clair De l'immense Atlantique, A l'abri des frissons d'hiver, S'étend la Martinique, Fraîche oasis de mer. J'aime,

ô mon beau pays, tes belles indolentes, Ces filles à peau d'ambre, aux caresses brûlantes, Qui vont, goûtant le frais du soir, Chanter, près des fontaines, Avec ivresse et nonchaloir, Ces douces cantilènes Qui vous bercent d'espoir!

J'aime

ton doux parler, harmonieux et tendre, Ce créole naïf, si léger, qu'à l'entendre, On dirait le chant d'un oiseau Sifflant dans la ramure, Ou la voix lente du ruisseau Qui traîne son murmure Au pied du filao. \

J'aime

voir, — étendu dans les vertes savanes, Sous les acacias fleuris, — les champs de cannes Et leurs verdoyants horizons, Leur immensité morne, Et j'aime voir leurs longs frissons Courir au dos du morne, Éveillant les chansons.

223

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement