Page 246

l82

MADININA,

REINE DES ANTILLES

la « dépouille », j'enlève ensuite les feuilles du ventre (il y en a douze) et les petites écailles qui garnissent les pattes. Je vends tout cela, sous le nom « d'onglons », mais on me les paie beaucoup moins cher que les feuilles du dos. » Sur ces entrefaites, une voiture s'approcha; on y chargea la tortue pour la porter au marché de Fort-de-France; la pauvre bête, pendant tout le voyage, fut maintenue dans la position renversée où je l'avais trouvée. Je sus plus tard qu'elle avait été capturée au moment où elle allait pondre ses œufs dans le sable d'une petite baie voisine de Schœlcher; dans son nid, on avait trouvé une douzaine d'œufs de la grosseur des œufs de poule. Je rentrai au village avec le monsieur que j'avais rencontré, et qui n'était autre qu'un commerçant de la capitale. — Ce qu'il y a d'inouï, me disait-il, c'est que les pêcheurs de carette ne savent pas que la partie qu'ils vendent le meilleur marché, le ventre de l'animal, est en réalité la partie la plus recherchée. Elle est, certes, beaucoup plus mince que la partie supérieure, mais elle est beaucoup plus claire et sert à la préparation de l'écaillé blonde, dont le prix est plus élevé que celui de l'écaillé brune. Pour obtenir une épaisseur suffisante, rien n'est plus facile. Il suffit de plonger les feuilles d'écaillé dans de l'eau bouillante; elles s'y ramollissent considérablement. Il suffit ensuite de les aplatir, de les placer l'une sur l'autre dans une presse, dont on augmente l'action quand le tout est replongé dans l'eau bouillante. Par ce procédé, les feuilles minces de l'écaillé blonde se confondent, se soudent entre elles, et il est impossible de distinguer la trace de cette soudure. D'ailleurs, on opère de la même façon pour l'écaillé brune, et si vous avez l'occasion de visiter à Fort-de-France le magasin de Monsieur L..., vous y verrez un ouvrier qui fabrique de cette façon des peignes d'écaillé fort appréciés des passagers qui, entre deux paquebots, visitent la ville. — Je ne savais pas, répondis-je à mon interlocuteur, que l'on

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement