Page 209

PROPOS DE CHASSE

153

criminel en son logis. C'est un criminel, en effet, car il n'est pas de déprédations qu'il ne commette sur les propriétés, volant surtout les volailles et les jeunes poulets. Voilà une raison plus que suffisante pour le tuer, et on l'exécute avec d'autant plus d'empressement que sa chair est tout à fait succulente. Seulement, il ne marche pas volontiers à l'échafaud, — c'est au trépas que je veux dire. Il faut l'enfumer; au bout de quelques minutes, il ne peut s'accoutumer, malgré ses efforts, à l'idée de périr par asphyxie. Il essaie donc de se sauver, mais il ne le fait pas si vite que le message de mort qu'on lui envoie ne parvienne à son adresse. Celui que nous avons pris était d'une belle taille; la couleur de l'animal est d'un jaune fauve un peu sale, la queue blanche dépourvue de poils, le museau pointu, les pattes de derrière plus longues que celles de devant; et enfin, une poche sous le ventre où la femelle fait entrer ses petits. Quand elle s'en va aux provisions, à la maraude, elle n'emmène pas avec elle ses petits qui pourraient gêner la liberté de ses mouvements. Elle les suspend par la queue enroulée aux branches d'arbres. Et ce doit être fort comique, quand on les rencontre par hasard dans les bois, de voir ces petits êtres roses, à peau à peine garnie de poils, suspendus, tête en bas, et bien correctement alignés à égale distance les uns des autres. » Un autre mammifère jette aussi le désarroi dans les poulaillers; c'est la mangouste qui, introduite dans l'île pour y détruire les serpents, ne dédaigne pas, à l'occasion, de croquer les poules et même leurs œufs dont elle est très friande. Leur nombre se multiplie de façon si considérable qu'il faut envisager le moment où il sera peut-être nécessaire de faire des «battues de mangoustes». Mais la chair de ce quadrupède ne vaut rien; par contre, son pelage est assez joli et sa queue forme un véritable panache. Si la mode s'y mettait, une peau de mangouste pourrait, un jour prochain, valoir autant qu'une peau de renard.., ou de serpent, ce qui serait de toute justice. La chasse au gibier marin, je l'ai dit précédemment, est celle

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement