Page 201

145

LE CARNAVAL DE FORT-DE-FRANCE

chapeau de paille, un masque en treillis complètent leur costume. Au refrain chanté en chœur par les femmes : Doudou... qui temps ? (A quand, mon chéri?)

les jeunes gens répondent avec une voix de basse : Pa au soè a! (Pas ce soir!) Et tous, bras dessus, bras dessous, s'avancent en sautillant, en chantant jusqu'au moment où un autre groupe viendra se joindre à eux. Il y a justement toute une bande qui débouche d'une rue voisine; les femmes sont toutes en « dominos » roses, tandis que ceux qui les accompagnent se sont transformés en pages multicolores.

Ils

ont des bas de couleur, une culotte bouffante, mais pas de pourpoint. Un foulard de soie jeté sur l'épaule tient lieu de manteau, mais ils ont des gants blancs, un chapeau à plumes et l'épée au côté. Petit détail choquant : les chaussures de travail qu'ils ont aux pieds contrastent avec cet ensemble pseudo-princier. Un bonhomme tout de blanc vêtu s'avance derrière eux; un grand bonnet blanc pointu le fait paraître encore plus grand. Il a un tablier blanc et dans ses mains il tient, tel un médecin de Molière, une énorme seringue. Des gamins l'entourent en lui criant : Médecin l'Hôpital, moin malade (Médecin de l'Hôpital, je suis malade). De sa seringue remplie d'eau, le médicastre arrose ses clients d'occasion. La blancheur de son costume tranche avec celui des masques qui suivent, « les nègres grop sirop ». Ce sont des jeunes gens qui se sont noircis à outrance en se frottant tout le corps avec un mélange de suie MADININA

10

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement