Page 186

132

MADININA, REINE DES ANTILLES

nal officiel de la colonie, et la promesse d'une prime de 10 francs par serpent capturé vivant, il m'était difficile d'en avoir plus de trois ou quatre par mois. Depuis cette époque, on m'a affirmé que le « fer de lance » — qui avait fait sa réapparition au moment de l'éruption volcanique de 1902 — était actuellement en voie de disparition; il faut attribuer cet heureux résultat à l'importation dans l'île d'un petit mammifère carnassier, la mangouste, qui fait au serpent une guerre acharnée. Lorsqu'on parle des serpents de la Martinique dont la blessure peut être mortelle, on les désigne tous sous le nom de « trigonocéphales ». C'est une erreur zoologique. Le trigonocéphale, ou ancistrodon, est un ophidien de la famille des vipérides qui ressemble au crotale et qui abonde dans l'Amérique centrale. Le serpent le plus commun de la Martinique, celui qu'on appelle à tort le trigonocéphale, est le Bothrops lanceolatus ou fer de lance; c'est une vipère jaune et noire qui atteint en moyenne deux mètres de long et dont la grosseur est parfois celle du poignet d'un homme. C'est un serpent venimeux et sa piqûre est le plus souvent mortelle, si l'individu piqué n'est pas soigné immédiatement. Les glandes à venin sont au nombre de deux et se trouvent de chaque côté de la mâchoire; elles communiquent par un canal avec deux dents acérées dirigées d'avant en arrière et désignées sous le nom de crochets. Les « crochets » sont eux-mêmes traversés par un canal, et lorsqu'on exerce une pression sur une des glandes à venin, on voit sourdre le liquide à l'extrémité de la dent qui se trouve du même côté. La quantité de venin éjaculée de cette façon est assez considérable et peut être recueillie sur un verre de montre. C'est de cette façon qu'on recueillait jadis à Fort-de-France le venin destiné à l'Institut Pasteur de Lille. Il est inutile d'ajouter qu'auparavant, la tête de l'animal était fortement comprimée par une pince et que les deux mâchoires ouvertes étaient immobilisées par deux autres fortes pinces. Ainsi maintenu, l'animal ne pouvait

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement