Page 166

116

MADININA,

REINE DES ANTILLES

duit son activité intérieure que par les fumées qui s'échappent des nombreuses fissures du dôme. Peut-on affirmer que ces fissures ne s'ouvriront pas un jour et ne donneront pas passage à une de ces nuées ardentes, qui suivent la déclivité du terrain et répandent sur leur passage la mort et la ruine? C'est le secret du monstre endormi, et il ne le divulguera pas (1). Certes, le réveil du volcan n'est qu'une hypothèse, et même une hypothèse qui ne se réalisera peut-être jamais, mais je ne crois pas faire preuve de trop de pessimisme en déclarant qu'il faut tenir compte des leçons du passé et ne pas concentrer au pied du célèbre volcan toute l'activité industrielle et commerciale de la Martinique. Ce serait s'exposer à de cruels mécomptes que d'oublier totalement la catastrophe de 1902. Puisque, par suite de la disparition de Saint-Pierre, la ville de Fort-de-France est devenue actuellement le centre commercial de l'île, il faut maintenir cet état de choses et consacrer à son développement économique la plus grande partie des ressources budgétaires. Le port de Fort-de-France, en particulier, doit être aménagé de façon à devenir un port moderne, parfaitement outillé, où s'arrêteront tous les navires à destination du Pacifique. Et c'est à ce port que doivent aboutir toutes les routes, bien empierrées, sur lesquelles circuleront en grand nombre des camions automobiles qui assureront le ravitaillement de toute l'île (2). L'avenir nous dira si cette conception qui semble logique n'est pas celle qui s'imposera. (1) (2) Se reporter à l'addendum de la page 111, qui justifie cette prévision.

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement