Page 152

106

MADININA, REINE DES ANTILLES

la cime au pied. Et alors, au milieu d'une fumée noire, impénétrable à l'œil, une masse gigantesque informe, imprécise vint s'abattre sur la vallée avec une rapidité vertigineuse, enfouissant sous les ruines, engloutissant dans sa tourmente Saint-Pierre tout entier, de Sainte-Philomène à la petite anse du Carbet. Sur mer, les deux tiers des navires en rade, après un craquement sinistre de toute leur charpente, eurent les mâts et les dunettes brisés, rasés, emportés et coulèrent brusquement, les uns par la proue, les autres par la poupe. Seuls, trois bateaux, dont deux à vapeur, le Korona et le North America, purent résister au choc, mais de leur équipage carbonisé il ne subsista que quelques hommes qui furent sauvés comme par miracle. M. Georges, Marie Sainte qui se trouvait alors à bord de la Gabrielle, ne dut la vie qu'à une immersion subite et forcée. L'eau ambiante était à ce point chaude qu'il eut, de même que les quatre autres survivants de la goélette, le corps affreusement échaudé. Après s'être débarrassé des agrès qui gênaient ses mouvements sous l'eau, il revint à la surface. C'est alors qu'il put contempler, dans toute sa grandiose horreur, l'effrayant brasier qui s'étendait devant sa vue, de Sainte-Philomène jusqu'à trois cents mètres du Carbet, dévorant la ville déjà effondrée et se colorant par endroits, de lueurs fantastiques. Tandis qu'il cherchait une épave quelconque pour tenter de se sauver, une pluie furieuse de lave incandescente, un mélange innommable de boue et de pierre lavique s'abattit sur la ville incendiée et les environs, sifflant et crépitant sur la mer comme les balles hâtives d'une fusillade précipitée. Les malheureux naufragés, — M. Georges Marie Sainte et quatre matelots de la Gabrielle — à moitié brûlés, purent enfin se réfugier dans une pirogue vide qu'ils rencontrèrent et furent recueillis à trois heures de l'après-midi seulement par une baleinière du navire de guerre le Suchet. D'autres marins de la rade, également brûlés, furent recueillis; ce furent les seuls survivants de la catastrophe. Tous ceux qui se trouvaient dans la ville même périrent sans exception. Ont-ils souffert et ont-ils essayé d'échapper à l'incendie? Le grand nombre de cadavres trouvés sur la plage pourrait le faire croire, mais il est plus que probable que lorsque la « nuée ardente » s'est abattue sur la ville, elle a, du fait

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement