Page 150

<

104

MADININA, REINE DES ANTILLES

celle d'un coup de canon; en même temps, une pluie fine de cendres se mit à tomber et ne tarda pas à recouvrir d'une couche épaisse toute la région voisine. Les habitants affolés s'enfuirent dans toutes les directions, mais une accalmie se produisit, le nuage opaque se dissipa, le soleil fit son apparition et calma provisoirement les inquiétudes. Le dimanche suivant, 27 avril, quelques jeunes gens de SaintPierre, curieux de savoir ce qui s'était passé, entreprirent l'ascension de la Montagne. Ils réussirent sans trop de difficultés à atteindre le sommet, mais quelle ne fut pas leur surprise de constater qu'au milieu d'un étang jadis desséché et désigné de ce fait sous le nom d'« Étang sec », il y avait un véritable lac, absolument distinct de celui des Trois Palmistes, et d'une superficie beaucoup plus grande. Au milieu de ce nouveau lac, émergeait un tronc de cône de 10 mètres de hauteur et de 15 mètres de diamètre environ; de ce monticule jaillissait une eau noirâtre qui, en retombant, avait constitué le nouveau lac; des tourbillons de fumée accompagnaient en même temps cette éruption d'eau chaude. Chose curieuse, quoique le débit de cette source étrange fût très abondant, les eaux du lac dont l'apparence était celle de vif argent, restaient toujours au même niveau; on percevait cependant un grondement qui laissait supposer que ces eaux s'échappaient par une fissure insoupçonnée. Rentrés à Saint-Pierre, les touristes répandirent leur découverte et l'on se rendit compte qu'il s'agissait bien d'une éruption volcanique; quelle en serait l'importance? Personne ne pouvait se hasarder à faire un pronostic. Mais en se rappelant l'éruption de 1851 qui n'avait fait que des dégâts limités, tout le monde était convaincu que la ville de Saint-Pierre, tout au moins, ne courait aucun danger. L'optimisme était de commande. Et cependant, la violence de l'éruption augmentait. Le 4 mai, une véritable pluie de cendres recouvrit toute la ville d'un nuage opaque; le volcan gronda plus fort, et dans la nuit du 4 au 5 mai et dans la matinée, M. Landes, professeur de sciences naturelles au Lycée de

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement