Page 136

94

MADININA,

REINE DES ANTILLES

conseille volontiers à tous ceux qui ont l'occasion de passer quelques jours à la Martinique. Si, comme il faut l'espérer, Saint-Pierre redevient un port d'escale pour les paquebots qui font le service entre la France et le Canal de Panama, il sera possible aux passagers qui auront débarqué à Fort-de-France de visiter la ville et de se rendre ensuite en automobile à Saint-Pierre par la route de la Trace; ils retrouveront dans la rade de la ville ressuscitée le paquebot qu'ils avaient laissé à Fort-de-France et pourront continuer leur voyage vers l'Amérique. Pour leur donner une idée de cette délicieuse randonnée à travers la forêt tropicale, je ne puis mieux faire que de reproduire intégralement la description qu'en a faite mon ami Louis Achille, professeur agrégé au Lycée de Fort-de-France, dans le « Guide du Touriste aux Antilles françaises ».

Au petit jour, on part en voiture de Fort-de-France. La ville sommeille encore; par les rues où flotte la fraîcheur d'une buée ténue, quelques coolies promènent un balai paresseux et les premières marchandes crient leurs « cocos », leurs oranges et leurs corossols « doux-doux ». On traverse rapidement le faubourg du Pont-de-Chaînes, blotti sous un verger de manguiers et d'arbres à pain géants, puis la rivière Madame passée, on attaque la rampe, et pendant sept kilomètres, on monte sans repos jusqu'au camp de Balata. La vue est d'abord très bornée, car la route serpente à flanc de coteau, le long d'un ravin, mais en Carême, une partie des broussailles et des arbres se couvrent de feuilles jaunes ou rouges, parure d'automne qui contraste avec le vert tenace des autres essences et forme un tableau d'une vigoureuse coloration. Par échappées, la ville rouge, ses faubourgs feuillus, et sa rade d'azur apparaissent, et sous les premiers rayons du soleil qui poudroie, une agréable harmonie des tons s'établit. A mesure qu'on s'élève, la vue s'étend vers la montagne, l'air fraîchit sensiblement. On domine maintenant l'étroite vallée de la rivière Madame avec le village de Tivoli construit en 1902 pour les survivants de l'éruption qui détruisit le Morne-Rouge. Depuis, la plupart des familles sinistrées

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement