Page 133

« DA » HENRIETTE

91

mises et consacrait de longues heures à « tuyauter » avec un fer spécial les petits bonnets du dernier né, dont le baptême avait eu lieu quelques jours auparavant. Pour cette cérémonie qui, depuis de nombreuses années, se renouvelait avec une cadence presque mathématique — c'était, en effet, le sixième bébé qu'elle conduisait aux fonts baptismaux — la vieille « da » avait revêtu ses plus beaux atours : jupe de satin rouge avec une longue traîne qui, relevée, permettait de voir de beaux jupons bien empesés; chemise en fine toile blanche, brodée par les sœurs de l'ouvroir; madras et fichu calendés, souliers vernis à talons... mais sans bas. Ce costume, dont l'ampleur donnait à la nurse une rotondité qu'elle n'avait pas d'ordinaire, était vraiment somptueux; c'était celui porté au début du xixe siècle par les belles affranchies que leurs maîtres, complaisants à l'excès, comblaient de cadeaux de toutes sortes. Mais ce qui en faisait la richesse, c'étaient les bijoux qui l'ornaient et qui avaient été pour la plupart fabriqués dans le pays même : « colliers choux » dont chaque grain d'or avait la grosseur d'une très grosse perle; « broches » d'or dont le cadre ciselé entourait un médaillon de corail ou de grenat; « z'anneaux chenille », d'un volume démesuré, mais d'un poids léger, parce que constitués par du filigrane d'or; « zépingles tremblants » qui, piqués dans le «madras calendé » devaient leur nom à un tremblement qui les agitait sans cesse et les faisait scintiller au soleil; « boutons jumelés » énormes qui servaient à fermer les manches de la chemisette brodée. Ajoutez à cela des bracelets, des bagues, des chaînettes d'or et vous pourrez peut-être vous faire une idée de ce luxe qui était de règle jadis chez les « das » martiniquaises, mais que, malheureusement, l'on n'observe plus que très rarement aujourd'hui. Si actuellement, il est resté l'apanage de certaines vieilles qui ne le revêtent que dans des circonstances exceptionnelles (baptêmes, première communion, mariage) pour accompagner à l'autel les enfants

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Madinina "Reine des Antilles"  

Auteur : William Dufougeré / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement