Page 73

65

LE GOUVERNEMENT DE LA COMPAGNIE DES INDES

A la garnison, à un chirurgien : deux rations composées chacune de cinq quarterons de lard, deux livres de bœuf et chopine d'eau-de-vie par semaine. Aux canonniers et armuriers : deux rations par tête. Aux soldats : une; aux caporaux : une et demie; aux sergents : deux; aux valets du gouverneur : une, ainsi qu'à ceux du lieutenant du roi (4). Quant aux employés des magasins de la Compagnie, leurs gages étaient, d'après une lettre du 18 novembre 1669, de la Calle : Pour — — — — — —

le commis général, de. . le teneur de livres le garde-magasin l'aide-magasin le receveur le commis de marine. . . le contrôleur

41.000 livres de petun 12.000 — 14.000 — 4.400 — 12.000 — 6.000 — (5). 4.400 —

Robert le Frichot des Friches, sieur de Clodoré, officier de terre qui pendant longtemps avait servi dans les armées du roi, d'abord comme capitaine dans le régiment de marine, puis major de Calais et gouverneur de Cardonne (Catalogne), fut désigné comme gouverneur de la Martinique. Le 14 décembre 1664, une flotte composée de quatre vaisseaux : l'Harmonie, portant pavillon amiral, de 24 canons; le Saint-Sébastien, le Mercier et une frégate, la Suzanne, de 16 canons, quitta la Rochelle. Elle transportait, outre Clodoré, deux commis généraux de la Compagnie, les sieurs Rovelet et Dubuc; un lieutenant du roi, le sieur Duchesne, et l'agent-général de Chambré. Elle s'arrêta aux îles portugaises du Cap-Vert ou de Chambré descendit à terre pour saluer le gouverneur portugais, dont les services pourraient être sollicités par les navires de la Compagnie qui passaient souvent dans ces parages. Le Mercier, qui s'était détaché de la flotte, arriva le premier à la Martinique. Informé de sa venue, le gouverneur général Tracy quitta en hâte la Guadeloupe et vint conférer avec ses officiers. Ce vaisseau fut suivi d'un navire nantais, la Fortune, frété par la Compagnie, et du vaisseau d'Etat, le Terron, chargé de victuailles pour les troupes du lieutenant-général. La Suzanne fit voile pour Cayenne et, six jours après, l'Harmonie et le Saint-Sébastien parurent à la Pointe du Prêcheur. Le débarquement des passagers ne put s'opérer aussitôt, à cause de l'accalmie. Clodoré, qui était (4) Doc. pub. par MOREAU DE SAINT-MÉRY : Lois et constitutions des colonies, t. 1, p. 127. (5) Arch. Nat. Col. C8B-1. Corresp. générale, 1669. 5

Histoire politique, économique et sociale de la Martinique sous l'Ancien Régime  

Auteur : C.A. Banbuc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Histoire politique, économique et sociale de la Martinique sous l'Ancien Régime  

Auteur : C.A. Banbuc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Advertisement