Page 72

62

Le bagne? — J e pense qu'en Guyane tout le monde à part peut-être ceux qui en vivent — a son opinion faite sur la valeur de cette immigration forcée. Certes, éventuellement, ces sociétés pourraient faire venir de la main-d'œuvre du dehors, mais alors que d e frais supplémentaires, que d'immobilisations nouvelles devant lesquels les capitalistes les mieux intentionnés reculeront fatalement. Non, ce qu'il faut c'est établir un courant d'immigration. C'est d'attirer ici les petits cultivateurs, les petits artisans en leur promettant et surtout en leur accordant toutes facilités d'installation, en leur donnant en main non seulement de quoi a s s u r e r leur existence mais aussi de quoi leur p e r m e t t r e d'obtenir p a r leur travail une certaine aisance, un bien-être qu'ils n'avaient pas avant, en leur accordant de petites concessions judicieusement choisies et préparées avec une coquette habitation pour que dès leur arrivée ici ils aient l'impression de ne pas avoir quitté inutilement leur p a y s , leur famille, leurs amis, leurs c o u t u m e s ; qu'ils conçoivent dès leur installation qu'ici ils sont dans un pays j e u n e où l'avenir est ouvert devant eux. Sans qu'il soit nécessaire de faire u n e campagne d'immigration comme par exemple Je Brésil l'a faite dans le t e m p s , sans devoir dépenser des millions en publicité, sans mettre sur pied une organisation monstre on peut faire connaître aux habitants des pays environnants — Martinique, Guadeloupe, St-Lucie, Haïti, etc. — que la Guyane est ouverte à tout homme énergique et travailleur, q u e ceux qui sont prêts à venir tenter courageusement l e u r chance dans ce pays y seront n o n seulement bien accueillis, mais encore et surtout q u ' o n les aidera non pas par de vaines paroles, de promesses creuses, mais bien par des actes, des faits. Qu'on n e dise pas qu'en attirant ici de pauvres diables qui chez eux sont incapables de gagner leur vie on ne verra d é b a r q u e r q u e des fainéants, des propres à r i e n . Cela n'est pas vrai, car celui qui dépense ses derniers sous pour payer sa traversée et

Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Profile for scduag
Advertisement