Page 42

— 34 « sion de ces religieux, la saisie et la vente de leurs « biens anéantirent en peu de temps le travail de près « d'un siècle. » Les Indiens, réunis en peuplades, comme on disait alors, dans les missions de :l'Oyapock, de Kourou, de Sinnamary, C o u n a m a m a , notamment par les soins des P è r e s Creuilly, Lombard, Fauque, se dispersèrent de tous côtés, retournant à la vie sauvage et nomade, pour disparaître peu à peu dans les profondeurs des bois. Expéditionde Kourou. — P o u r r é p a r e r la perte du Canada, on conçut alors le dessein de développer la colonisation blanche à la Guyane. C'est ainsi qu'une expédition en bloc de 12.000 hommes, pour lu plupart des artisans et des comédiens, fort peu des paysans, fui décidée et embarquée à destination de Kourou, à l'embouchure d'un fleuve à proximité de Cavenne, où un rêveur avait trouvé un emplacement privilégié pour recevoir ces milliers de c o l o r s . Ils étaient en grande majorité composés d'Alsaciens et de Lorrains. De ces 12.000 individus de race blanche, jetés ainsi sur les plages et les berges de Kourou, sans aucune précaution, sans logement et presque sans approvisionnement, «. il ne revint en Europe, dit la « notice de M. Metteraud, que 2.000, dont la consti« tion avait pu résister à l'intempérie du climat et à « toutes les misères réunies. » L'expédition de Kourou. dit Coudreau, est un épisode anachronique de la colonisation féodale. On peut la considérer comme le cinquième grand désastre des seigneurs quêtant fiefs. Les seigneur c e t t e fois, s'appellent Choiseul. Praslin et T u r g o t . Choiseul, dans l'intention de refaire sa fortune, S P fit donner par Louis XV, le territoire entre Kourou et Maroni, afin de le distribuer en fiefs aux cadets de sa famille, qui deviendraient ses vassaux. Le Chevalier Turgot, frère du futur grand ministre, fut mis à la tète de l'affairé avec un respectable majorat. On recruta, principalement en Alsace et en Lorraine, 15.000 malheureux, dont les uns devaient devenir seigneurs vassaux, mais le plus grand nombre rester serf .

Teis furent les dessous de l'expédition de Kourou, qui fut elle-même la cause initiale de la mauvaise réputation qu'on a faite depuis on France et en Europe à la Guyane, à Cayenne.

Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Profile for scduag
Advertisement