Page 32

-

26

-

d'anciens esclaves n o i r s a u r a i e n t d o n c , selon l'histoire, u n e origine c o m m u n e , au p o i n t de v u e social. 11 y e n a qui o n t oublié c e l a . . . Suivons C o u d r e a u , qui s'est s a n s d o u t e docum e n t é d a n s le livre de Boyer du Petit P u y , en ce qui c o n c e r n e l'expédition de Brétigny e n G u y a n e : « P o n c e t a b o r d a d a n s l'ile alors déserte où s'éleva d e p u i s C a y e n n e . Il y r e n c o n t r a d e u x ou trois êtres à peu p r è s n u s , m o u r a n t de faim, p a r l a n t la langue des Galibis, dont ils avaient p r i s les m œ u r s . Ces m a l h e u r e u x lui d e m a n d è r e n t p r o t e c t i o n c o n t r e les I n d i e n s , qui les avaient r é d u i t s en s e r vitude. . . « P o n c e t n e se laissa point i m p r e s s i o n n e r p a r ce funeste p r é s a g e . Il fit le t o u r de sa petite ile et ayant d é c o u v e r t sur la côte n o r d - o u e s t u n m o n t i c u l e d'une belle a p p a r e n c e , il e n fit l'acquisition au chef indien Cépérou, qui y était é t a b l i . . . L'endroit était bien choisi ; et c'était de b o n n e d i p l o m a t i e q u e de d é p e n s e r q u e l q u e s bibelots, p o u r se concilier l'amitié d'un chef indigène, plutot q u e de le d é p o s s é d e r de vive force, ce q u e plus d ' u n c a p i t a i n e à la place de P o n c e t n ' a u r a i t p a s m a n q u é de faire i n c o n t i n e n t . Sur le m o n t C é p é r o u s'éleva u n village, qui fut a p p e l é C a y e n n e , d u n o m d ' u n a u t r e chef Indien. T o u t allait b i e n j u s q u e - l à . M a l h e u r e u s e m e n t le sieur de Brétigny, qui avait c o m m e n c é c o m m e Titus, devait finir c o m m e N é r o n . L'ivresse du pouvoir absolu, l'isolement, la fièvre peut-être ou l'ennui détraquèrent la cervelle du fondateur.. Cet affreux tyran ne devait pas t a r d e r à exaspérer ;on petit peuple. La guerre civile éclata dans la lilliputienne cité du Cépérou et les Indiens firent une levée de boucliers, en faveur des adversaires du tyran. Poncet fut tué par les siens, qui eurent la main plus prompte que les Galibis. Ces égorgements constituent le baptême de Cayenne. dont l'énerguméne Poncet doit être considéré comme le fondateur, le parrain, le premier administrateur. Les restes de l'expédition de Poncet se rendirent enfin tellement odieux aux indigènes, que le ban de guerre fut publié, chez toutes les nations indiennes, de l'Oyapock au Sinnamary et qu'une

Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Profile for scduag
Advertisement