Page 24

— 18 — prochaît outre mesure les pays o r i e n t a u x de l'Asie des côtes occidentales de l ' E u r o p e . « La t e r r e étant supposée sphérique, il suffisait d o n c , en p a r t a n t de l ' E u r o p e , de s ' a v a n c e r de 180 e n v i r o n vers l'ouest, p o u r a t t e i n d r e l'Inde au delà du G a n g e . . . D a n s l'intervalle, on avait, p a r MARCO POLO, la n o t i o n de l'existence de Zipangu(1), qu'on disait riche en m i n e s d'or ; et l'on avait d é c o u v e r s les Açores ; c'étaient a u t a n t d'étapes possibles, s a n t p a r l e r des îles m y t h i q u e s q u e l'on imaginait e n plus, c o m m e Antilia et l'ile de saint Brandan ( 2 ) . « Aussi, à p a r t i r du m o m e n t où ils r e t r o u v è rent les Açores, les Portugais, a u x q u e l s la r e c h e r c h e d e la route de l'lnde par les côtes d'Afrique avait coûté b i e n des sacrifices et q u i , à p a r t i r de l ' E q u a teur, avaient vu c o n t r e t o u t e a t t e n t e le littoral se p r o l o n g e r indéfiniment vers le sud, t e n t è r e n t - i l s des e x p é d i t i o n s vers l'ouest de l'Atlantique : telles furent celles de DIEGO DE T E I V E (1452). de dom F E R NANDO de BEJA (1457), de JOAO VOGADO (1462). « A l p h o n s e V s'adressa à l ' a s t r o n o m e florentin TOSCANELLI, p o u r savoir si la rouie par l'ouest pouvait c o n d u i r e au but, et la réponse fut affirmative : Toscanelli, imbu des idées de P t o l é m é e et r e n c h é r i s s a n t e n c o r e s u r elles, écrivit au c h a n o i n e FERNAO MARTINES (1474) q u e la distance du Portugal à l ' l n d e est plus courte à l'ouest q u e par l'Est. « Les 180 degrés de longitude, q u e Ptolémée s u p p o s a i t e n t r e l'Asie et l ' E u r o p e (d'Ouest en Est), étaient r a m e n é s à 130 p a r Toscanelli, à 120 p a r Martin Bëhaim, d a n s son fameux globe de 1492, 1e plus ancien des globes qui n o u s soient p a r v e n u s . « P a r m i les m a r c h a n d s , m a r i n s et pilotes des diverses n a t i o n s , dont Lisbonne était le rendez-vous, (1) Ou CIPANGO, d'après la carte de Martin Behaim (1492). (2) Açores, Antilia, Saint Brandan, toujours dans la direction de l'ouest. A signaler également les îles CANARIES, une réalité celles-là, où un Français Jean de Béthencourt, fut le premier,à s'établir, en 1102 Ç'eSt le début de cette Marche vers l'Ouest, qui a duré un siècle,.

Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Profile for scduag
Advertisement