Page 93

ANTIGOA.

77

« des travailleurs est paisible et régulière, et « qu'en général la meilleure intelligence règne « entre eux et ceux qui les emploient ; qu'à Nevis « les écoles sont nombreuses et bien suivies, les « mariages fréquents et le jour du sabbat parfai« tement observé. » Le rapport suivant, adressé par H. Hamilton, président de Montserrat, à sir W. Colebrooke, et portant la date de janvier 1840, paraît être tout ce que peut désirer de plus favorable l'homme d'État philanthrope. « C'est « pour moi, y est-il dit, une bien vive satisfaction « que de pouvoir assurer votre Excellence de la « bonne conduite et de l'ordre qui caractérisent « notre population de travailleurs. Nous avons « vu durant les fêtes de Noël nos églises et nos « chapelles encombrées de paysans bien vêtus, « et notre prison , à peu de chose près, sans ha« bitants. Les travailleurs ont repris leurs occu« pations agricoles , et les continuent avec une « exactitude qui, je l'espère, ou plutôt j'en ai la « certitude, assurera la.prospérité future de la « colonie. L'année 1841 se présente sous les plus « heureux auspices. Les travailleurs s'arrangent « pour vivre tranquilles et contents; ils ont des « provisions en abondance, et leurs cultures ac« tuelles sont dans l'état le plus florissant. Il « existait des différends, des jalousies, entre les « maîtres et les ouvriers; mais je suis heureux de

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement