Page 88

72

« « « « «

SAINT-CHRISTOPHE.

plus ou moins fondées; mais ce qu'il y a de sûr, c'est que la masse des propriétaires de cette île se montre aussi disposée que possible à adopter des mesures conciliantes, et à accorder aux nègres un salaire juste et équitable; et de leur coté, « les nègres ne demandent qu'à travailler, pourvu « qu'on les paye convenablement. » Dans une autre partie de sa lettre: « Il y a quelques jours, « dit-il, on a donné ici un dîner public où l'on « a vu (révolution véritablement merveilleuse) « des blancs et des hommes de couleur assis pèle« mêle, et se traitant les uns les autres de pair à « compagnon; la plus franche gaîté et la frater« nité la plus cordiale ont présidé à ce banquet. » Notre séjour à Saint-Kitt, comme celui que nous avons fait à Tortola , finissant le premier jour de la semaine, nous avons tenu plusieurs réunions religieuses dans les chapelles méthodiste et morave. Nous y avons vu arriver en foule des personnes de toute couleur, de toute condition , mais principalement des noirs. L'affluence était si grande dans la soirée, malgré le danger de la fièvre , qu'il fut impossible d'admettre tous les assistants dans la salle de réunion; ce qui ne nuisit pourtant ni au recueillement le plus profond, ni au bon ordre; et l'on se sépara au milieu des épanchements d'une mutuelle bienveillance.

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement