Page 86

70

SAINT-CHRISTOPHE.

qu'évidente; c'est que les travailleurs en gardent la plus grande partie pour leur propre consommation. Le mariage est aujourd'hui devenu fréquent parmi eux, et l'on ne saurait se faire une idée de la profusion d'œufs qui ne manque jamais d'avoir lieu, comme une des principales friandises de leur repas de noces. Le temps approche, sans doute, où ils apprendront à substituer une sage économie à cette extravagante prodigalité, et aimeront mieux faire servir leur superflu à augmenter graduellement leur petite fortune. Nous avons eu un plaisir infini à visiter l'établissement morave de Cayon, dirigé par le frère Munzer, à l'administration duquel nous ne saurions donner trop d'éloges, et qui réunit trois cents enfants dans son école. Un autre établissement morave, celui de Basse-Terre, est dans une situation également florissante. Dans une visite que nous avons faite à l'école, et où nous avons examiné les enfants, nous avons été enchantés de la vivacité et de la justesse de leurs réponses. Le nombre des crimes et des simples délits a considérablement baissé depuis l'époque de la liberté entière et définitive; l'enseignement des connaissances utiles et l'instruction religieuse font de rapides progrès. L'île contient neuf églises de la religion anglicane, six cha-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement