Page 82

66

SAINT-CHRISTOPHE.

demander au président Brook , et à quelques autres personnes, s'il se trouvait dans l'île un seul individu qui désirât le rétablissement de l'esclavage : « Pas un seul assurément, pas un « seul; » telle fut sa réponse. Après le déjeuner, je fus rejoint par mon excellent ami Archibald P. Burt, jurisconsulte distingué , qui voulut bien m'accompagner à cheval pendant plusieurs milles, à travers de hautes collines, jusqu'à un village appelé Cayon. La vue dont on jouit du haut de ces collines, d'où l'on découvre les plaines cultivées qui s'étendent à leur base, la ville, le port, l'Océan, et à l'extrémité de l'horizon, l'île montagneuse de Nevis, réunit le grandiose à la magnificence. Les parties élevées de Saint-Christophe mériteraient évidemment d'être observées avec plus d'attention qu'il ne nous était possible de le faire; elles sont revêtues d'une forêt de bois dur et propre à toute sorte d'ouvrages. Je suis fondé à croire qu'un arbre dont les feuilles ressemblent à celles du laurier, avec de grandes fleurs en cloches, d'un rose tendre, et dont j'ai eu l'occasion d'observer plusieurs échantillons, en est l'essence dominante ; on le désigne dans l'île par le nom de cèdre blanc. Les forêts sont peuplées de singes, qui ne laissent pas de faire beaucoup de dégât dans les champs de cannes, et qui ont toujours assez de

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement