Page 76

60

SAINT-CHRISTOPHE.

après avoir été péniblement ballottés pendant toute une nuit, nous nous trouvâmes le lendemain matin en vue de Saba. On est vivement frappé, au premier aspect, des pics immenses de cette île, que l'on prendrait pour une montagne qui vient de surgir tout à coup du sein de la mer. Saba appartient aux Hollandais, et l'on dit que les petits propriétaires qui l'habitent ont formé entre eux une communauté qui est pour eux un petit univers, n'ayant presque point ou que très-peu de rapports de dépendance avec aucun gouvernement éloigné, mais se soutenant par leur propre industrie, comme constructeurs de bateaux, pêcheurs, etc., etc. Au peu de vent dont nous tâchions de profiter, succéda bientôt un calme plat, la plus désagréable, peut-être, de toutes les contrariétés auxquelles le marin soit exposé : le gouvernail est sans pouvoir, les voiles battent le mât, et malgré tous les efforts de l'équipage, le vaisseau s'agite et roule sans avancer. On se sent comme enchaîné sur les flots, sans qu'aucune assistance humaine puisse vous tirer de cette position. Chemin faisant, nous avons jeté un appât qui fut saisi par un superbe dauphin, au dos d'un azur éclatant, tacheté de noir, au ventre d'un blanc argenté, et une des plus magnifiques créations que j'aie jamais vues. Nous pûmes le con-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement