Page 68

52

SAINT-THOMAS

Après un excellent déjeuner, à l'agréable résidence du juge Wigley, nous continuâmes notre tournée à travers des sites d'une beauté peu commune, et dont quelques-uns rappellent les paysages de la Suisse. Du haut d'une montagne appelée le Château du Bel-Air, nous pûmes jouir d'une vue immense qui embrasse, à la fois, presque toutes les îles de la Vierge , avec les petits îlots qui en sont comme les satellites. Ces îles sont très-nombreuses , et l'on dirait que la plupart viennent de jaillir tout à coup du sein de la mer. Je nommerai comme principales celles de Saint-Jean, de Saint-Thomas, de Tortola, de Joseph Wandyck, du Normand , du Gingembre, de Pierre, du Bon-Homme, du Bœuf, de Guana, cette dernière remarquable par ses lézards; et enfin Virgin-Gorda ou Spanishtown. Il faut avoir contemplé ce magnifique tableau pour s'en faire une idée exacte. Il n'y a, à SaintThomas , aucune route carrossable, et l'on n'y voyage qu'à cheval ou à pied, à travers des sentiers pratiqués dans le roc et sur le bord des précipices. On y trouve en abondance des fleurs sauvages qui remportent encore en beauté sur celles de Sainte-Croix, le grand aloès, appelé la plante séculaire, dont la forme est des plus pittoresques,et un grand nombre d'autres plantes

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement