Page 67

ET

TORTOLA.

51

sécheresses, et par conséquent de médiocres récoltes; mais on peut espérer que des saisons plus favorables les mettront bientôt à même d'élever le salaire des travailleurs. Cette augmentation serait évidemment le moyen le plus sûr d'empêcher les nègres d'émigrer à la Trinité, où un grand nombre d'entre eux ont été attirés par des émissaires envoyés tout exprès pour les débaucher, par l'appât d'un gain plus considérable. Quoi qu'il en soit, je reconnais ici volontiers que les travailleurs de Tortola nous ont paru marcher à grands pas vers un état de bien-être et d'aisance. Parmi les légumes qu'ils cultivent dans leurs jardins, nous remarquâmes le pois de pigeon, arbrisseau très-abondant dans cette île, et qui donne une espèce de graine très-nourrissante. Nous y ajouterons la cassave. On a remarqué qu'une pièce de terre,où l'on cultive cette dernière racine, peut donner une plus grande quantité de substance alimentaire, propre à l'homme, qu'aucun autre genre de produit quelconque. Une circonstance fort singulière, c'est que le suc de la cassave est un poison mortel; mais quand on l'a exprimé, il en reste une substance farineuse, dont on fait un petit pain assez semblable au scotch out-cake, mais d'un goût plus agréable.

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement