Page 47

SAINTE-CROIX.

31

très-probable pour moi, que, même à SainteCroix , où les lois d'amélioration sont maintenues et corroborées par un gouvernement légal, à la fois vigilant et despotique, il peut se passer de temps à autre des actes d'oppression et de cruauté dont le gouvernement n'a aucune connaissance, et qui échappent, à plus forte raison , à celui qui ne voit l'île qu'en passant. Mais ce qui est évident, ce qui ne saurait être mis en question , c'est la dégradation de la race nègre, fruit de l'esclavage,dans les îles danoises; c'est l'extrême infériorité de la condition physique, intellectuelle et morale des esclaves, comparée à celle des nègres libérés des îles anglaises. Le trait le plus choquant du système en vigueur, c'est ce qu'on appelle le marché du dimanche. Comme on n'accorde aux esclaves aucun des jours ouvrables pour leurs propres affaires, il en résulte que le premier jour de la semaine, on les voit accourir en foule de toutes les parties du pays, souvent même de quartiers situés à des distances énormes, dans les villes de Bassin et de West-End, où ils viennent vendre leurs denrées et leurs fruits. Or, les cabarets à rhum sont tout près des marchés, et les acheteurs profanent à l'envi ce saint jour. C'est alors une scène, non pas seulement de trafic et d'affaires, mais aussi de vacarme, de divertissements, d'oi-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement