Page 45

SAINTE-CROIX,

29

graduellement, et tend à s'épuiser. La prospérité de cette île demande que les propriétés y soient affranchies des charges qui pèsent sur elles, et qu'une économie rurale mieux entendue y restaure un sol fatigué; mais ce sont là des bienfaits que, d'ans mon opinion, il est réservé à la liberté seule de consigner un jour dans ses annales. Les esclaves, dit-on, y forment près des quatre cinquièmes de la population , et s'élèvent au nombre d'environ dix-neuf mille. Il fut un temps où le régime auquel ils étaient assujettis était d'une sévérité qui allait jusqu'à la barbarie, et l'on s'apercevait alors que leur nombre subissait un décroissement continuel. Mais, depuis quelques années, le gouvernement danois a établi diverses restrictions qui ont amélioré la condition des noirs. J'apprends qu'il est défendu de les faire travailler au delà de douze heures, c'est-à-dire, de six heures du matin à six heures du soir, avec des intervalles, trop courts quelquefois, pour le déjeuner et le dîner. Il a été aussi pourvu légalement à ce qui concerne leur habillement et leur nourriture. Il est aussi défendu au piqueur qui les conduit aux champs d'avoir à la main un instrument plus redoutable qu'une baguette de tamarinier d'une médiocre grosseur. Douze coups de corde et un emprisonnement

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement