Page 369

RETOUR

AUX

ETATS-UNIS.

353

rouge sanglant. Pendant quelques instants nous pûmes croire* que les nuages se dissipaient graduellement, et nous espérions que le fluide électrique, disséminé dans l'atmosphère sur une immense étendue, n'aurait d'autre effet que d'offrir à nos regards et à notre admiration une succession de magnifiques phénomènes. Mais deux heures s'étaient à peine écoulées , que nos espérances, à cet égard, s'évanouirent complétement. Les nuages s'amoncelèrent sur notre tête, et la lune disparut dans une obscurité profonde; la pluie tombait par torrents ; notre vaisseau, emporté par le vent, cédait à son impétuosité; d'épouvantables éclairs sillonnaient l'espace en longs zigzags, et les roulements du tonnerre qui les suivaient sans intervalle ne nous permettaient pas de douter que l'artillerie céleste ne nous menaçât de près, et,pour ainsi dire, à bout portant. Jamais nous n'avions été témoins d'une semblable guerre entre les éléments ; heureusement notre capitaine, en habile marin, avait prévu le danger que nous allions courir, et notre vaisseau, bien préparé à la lutte, s'avançait sans trop de secousses, et n'ayant conservé que la plus petite voilure. Cependant les éclairs redoublaient, et d'horribles coups de tonnerre éclataient, toujours plus précipités, lorsqu'un choc affreux vint ébranler le bâtiment.

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement