Page 368

352

RETOUR

AUX

ÉTATS-UNIS.

purement et simplement par une sorte de honte; puisque avant son acte d'émancipation elle reconnaissait elle-même le droit de propriété de l'homme sur l'homme. Mais elle n'eut pas plutôt proclamé cet acte, qu'elle s'éleva à la hauteur de ce principe éternel du droit des gens, en repoussant la possibilité légale d'une semblable propriété. A compter de ce moment, elle cessa donc de se regarder comme tenue à aucune espèce d'indemnité ou de dédommagement, même envers ses plus intimes alliés, pour des esclaves naufragés ou déserteurs. J'ose espérer que tu accueilleras avec ta bonté ordinaire des observations qui se recommandent du moins par la haute importance pratique des sujets auxquels elles se rapportent, et que m'ont suggérées les divers incidents de notre voyage. Il n'était pas dit, toutefois, que ce voyage se terminerait sans encombre, et que nous pourrions, jusqu'au terme de notre navigation , nous livrer à de paisibles jouissances et à de calmes méditations. En effet, le 18 du quatrième mois (avril), étant à cinquante lieues au sud de Savannah, nous fûmes assaillis par une effroyable tempête. Vers les huit heures du soir, nous avons signalé à l'horizon quelques nuages noirs et des éclairs qui se jouaient du nord à l'ouest; nous vîmes bientôt se lever la lune , dont le disque était d'un

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement