Page 365

RETOUR AUX ETATS-UNIS.

349

même genre y fleurissent ; et des mains libres cultivent aujourd'hui le coton aux Bahamas, sous la direction des descendants de ces lovalistes américains qui allèrent s'établir dans cette colonie, à l'époque de la révolution. En parlant ici des Bahamas, je ne puis m'empêcher de me rappeler le discours prononcé dans le sénat par notre ami J. C. Calhoun, relativement à l'affaire de la Comète, de l'Encomium et de l'Entreprise: un de ces bâtiments, si je ne me trompe, avait été poussé par un gros temps dans le port de la Bermude, et les deux autres avaient fait naufrage sur les côtes des Bahamas; tous les trois contenaient des esclaves américains, qu'ils transportaient d'un des États à esclaves dans un autre. N'ayant pas sous les yeux cet excellent discours, dont l'auteur eut la bonté de me donner une copie , je craindrais de manquer d'exactitude en m'en rapportant à mes seuls souvenirs; mais je crois que dans les trois cas, les autorités britanniques de ces îles permirent aux esclaves de se prévaloir du bénéfice de la loi du pays, et de se retirer en toute liberté; qu'après une assez longue négociation , une indemnité fut accordée par notre gouvernement pour les nègres de la Comète et de l'Encomium, et refusée pour ceux de l'Entreprise, et que cette distinction fut appuyée sur la circonstance que les deux premiers

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement