Page 358

342

CUBA.

comme la propriété de ceux qui les ont en leur possession. Dans le procès de l'Amistad, qui donna lieu à quelque agitation, la décision des cours locales de Connecticut , qui défendait la livraison des esclaves, fut, à ce que j'ai ouï dire, motivée sur le fait que ces hommes n'étaient pas des Ladinos, c'est-à-dire, de vrais esclaves de Cuba, mais des Bozals qui, aux yeux de la loi espagnole, n'ont nullement le caractère d'esclaves. Nous savons qu'il en a été appelé de cette décision à la cour suprême des Etats-Unis, et j'oserai faire observer que si la sentence était cassée , il en résulterait un effet des plus déplorables, puisque ce serait autoriser par la sanction du tribunal suprême de ce pays le honteux trafic par lequel ces infortunées créatures ont été plongées dans un esclavage illégal, c'est-à-dire, dans la condition de Bozals; et ainsi se trouverait encouragée et confirmée la coopération des citoyens américains , dans tout ce qui tend à favoriser et à perpétuer ce trafic. La cessation d'une si déplorable calamité doit être l'objet des vœux les plus ardents de tous ceux qui prennent intérêt au triomphe de la justice et de l'humanité. Il me semble que j'aurais quelque reproche à me faire si, en terminant cette lettre , je n'exprimais la profonde douleur dont mon âme est

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement