Page 356

340

CUBA.

arrière-pensée, dans cette importante affaire, et la cause de l'humanité est gagnée. En attendant, toutefois, il dépendrait du pouvoir législatif de contribuer puissamment à cette grande œuvre. Il serait à désirer, ce me semble, que d'abord on donnât plus de clarté, plus de précision , et surtout autant d'énergie que possible, aux lois déjà rendues contre la construction des bâtiments évidemment et exclusivement destinés au trafic des esclaves; et, en second lieu, qu'on investît le consulat des Etats-Unis à la Havane de pouvoirs plus étendus pour la répression de ces iniquités, toutes les fois qu'elles entreraient directement ou indirectement dans la sphère de son action officielle. Telles sont les conclusions auxquelles nous ont amenés nos observations et nos réflexions, et nous vîmes avec plaisir, pendant notre séjour à Washington , qu'un bill relatif à ces deux points avait été soumis au congrès par notre digne ami John Davis, sénateur pour l'État de Massachussetts. J'apprends que depuis ce bill a passé en forme de loi. Mais nous ne pouvons nous empêcher de croire que des mesures préventives, spécialement applicables à la côte d'Afrique, sont d'une importance plus grande encore. Nous apprîmes de bonne source, lorsque nous étions à Washington, que les inconvénients que l'on trouvait au droit réciproque

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement