Page 350

334

CUBA.

prenant livraison. Au moyen de cet arrangement, le Clipper fait voile pour l'Afrique, avec son registre américain et sous les couleurs de l'Union. A l'arrivée en Afrique, on coupe le registre en deux, et on en envoie les deux morceaux aux vendeurs par deux voies différentes; et, à partir de ce moment, la phase portugaise commence, et le voyage de retour s'accomplit. III. Par l'assistance que donnent aux négriers les bâtiments de commerce américains. En effet, si, en définitive, les bâtiments de traite partent de la Havane pour l'Afrique, sous pavillon espagnol ou portugais, les intéressés ont encore recours à une autre manoeuvre pour éluder le traité ou l'acte du parlement dont nous avons parlé plus haut. C'est de mettre à la voile sans avoir fait les dispositions intérieures ordinaires, et surtout sans ces articles caractéristiques qui ne manqueraient pas de les trahir, et de leur attirer une condamnation. Cependant des bâtiments américains, qui se rendent sur leur lest à la Havane, les conduisent jusqu'aux différents dépôts d'esclaves établis sur la côte d'Afrique ; et là, le négrier espagnol,après une traversée faite sans interruption et sans obstacle, trouve tout ce dont il peut avoir besoin en matériel et en approvisionnements. Et de quoi se compose la cargaison de retour de ces bâtiments américains, à leur départ de la côte d'Afrique ?

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement