Page 349

CUBA.

333

plus que l'on peut, au pavillon des Etats-Unis. Et, pour y parvenir, on emploie diverses sortes de ruses. Lorsqu'un bâtiment de construction américaine, par exemple, est vendu à une maison de la Havane faisant la traite, arrivé dans ce port, il passe , au moyen d'un transfert frauduleux , du capitaine au second, et se rend en Afrique sous le commandement de ce dernier , avec pavillon et papiers américains. Pendant tout le temps employé à faire sa cargaison d'esclaves, il conserve sa qualité d'américain , et c'est quand elle est au complet que commence sa phase portugaise , pour laquelle il prend secrètement toutes ses précautions à la Havane; il se décide alors à tenter l'aventure, et s'en retourne à Cuba, en forçant sa marche pour éviter les croiseurs anglais. Dans ce voyage de retour, le second prend ostensiblement la qualité de passager, mais garde en réalité le commandement du navire. Une autre combinaison pour pouvoir conserver le pavillon américain jusqu'à ce que cette criminelle opération en soit arrivée au même point, c'est-à-dire, jusqu'à ce que la cargaison soit complète, consiste à acheter le bâtiment dit Clipper, de Baltimore, livrable sur la côte d'Afrique, en pavant une moitié du prix au moment même du marché , et l'autre moitié en

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement