Page 348

332

CUBA.

de bord portugaises, et de se couvrir du pavillon de la même puissance. C'est à la Havane, le plus souvent, que se fabriquent ce pavillon et ces pièces, et il est d'ailleurs d'autres moyens frauduleux de se les procurer. Cependant, en dépit de l'acte du parlement relatif au Portugal, c'est encore le pavillon de cette nation que l'on préfère à celui de l'Espagne, attendu qu'en cas de capture sous pavillon espagnol, les négriers sont soumis à la décision de la cour de commission mixte séante à la Havane, et que la condamnation entraîne le payement d'une forte amende pour les parties intéressées. Nous apprîmes que les autorités espagnoles ont soin de se faire payer d'amples rétributions pour les bâtiments capturés, ainsi que pour les esclaves que l'on réussit à importer, et couvrent leur connivence à l'égard de ce trafic en le punissant avec un redoublement de sévérité, quand il vient à être découvert. Au contraire, lorsque les négriers sont capturés sous pavillon portugais, ils ne peuvent être condamnés que dans nos cours d'amirauté; et, dans ce cas, on ne prononce aucune punition contre les équipages, qui en sont quittes pour se retirer. Néanmoins, comme aujourd'hui, ni le pavillon de l'Espagne, ni celui du Portugal, ne sont un abri contre les croiseurs anglais, on a recours, \f

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement