Page 345

CUBA.

329

considération ; mais, accusé d'avoir détourné à son profit des fonds appartenant à son bâtiment, après une détention de six mois, dont il ne pouvait, je crois, se prendre qu'à lui-même, et au désir de tirer son procès en longueur, il avait été condamné à six ans de prison. Miguel de Cabrera eut la bonté de se charger de mettre son affaire sous les yeux de la reine d'Espagne, et nous avons l'espoir que, malgré le délit dont il est convaincu, il ne tardera pas à être tiré de l'affreuse situation où il se trouve. Tout ce que nous voyions nous fournissait une éclatante et déplorable preuve de la corruption , ou plutôt de la mort morale qui a frappé cette société de marchands d'esclaves. Dans l'après-midi, on nous avertit qu'il était temps de nous rendre à bord du Wihtmore, où notre obligeant ami Cabrera et le consul d'Angleterre voulurent nous conduire. Après leur avoir fait les adieux les plus affectueux, nous levâmes l'ancre, et ainsi se termina notre tournée de trois jours à la Havane. Cependant une légère avarie dans nos manœuvres nous empêcha de sortir du port la même nuit; la soirée était calme, et nous en profitâmes pour tenir, avec nos compagnons de voyage, une réunion religieuse, qu'aucune cause étrangère ne pouvait interrompre. Le lendemain, de très-bonne heure,

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement