Page 344

318

CUBA.

sieurs des institutions publiques. Nous vîmes , entre autres, deux maisons d'aliénés, qui nous parurent parfaitement tenues; la Beneficencia\ ou hospice d'orphelins, où nous trouvâmes environ trois cents enfants blancs, et qui nous a semblé assez paternellement administrée; un excellent asile de lépreux de toutes couleurs; et enfin la prison de Tacon, qui renfermait huit cents criminels; un des côtés de l'édifice est destiné aux blancs, et l'autre aux noirs. La population blanche de Cuba , comparée à la population noire, est, dit-on, comme cent trente est à cent. Le corps de logis de la prison assigné aux blancs paraissait le plus rempli des deux. Les prisonniers travaillent ordinairement à l'entretien des routes et au brisement des pierres; mais lorsqu'ils ne sont pas occupés, on les enferme nuit et jour par chambrées nombreuses, et là, abandonnés à eux-mêmes, ils deviennent pires chaque jour, et forment une véritable école de corruption mutuelle. Dans l'intérieur est un cabaret qui n'échappa point à nos regards; on y débite du rhum , boisson funeste, dont l'usage ne peut qu'accélérer les progrès de la démoralisation. Nous ne pûmes nous défendre d'un sentiment bien sincère de commisération pour un capitaine américain enfermé avec ce ramas de bandits. Il jouissait autrefois d'une grande

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement