Page 338

322

CUBA.

intéressants et les plus précieux pour nous. Il connaît à fond les horreurs qui se commettent à la Havane, et nous fit un bien triste rapport sur tout ce qui concerne la traite et les esclaves à Cuba. Ce fonctionnaire porte à vingt-cinq mille le nombre des esclaves annuellement importés à Cuba, et particulièrement dans le voisinage de la Havane. Des informations subséquentes m'ont appris que c'est surtout dans les criques et dans les baies des côtes nord et sud qu'ont lieu ces débarquements, et loin des yeux de notre ami ; nous sommes même fondés à croire que son estimation est fort au-dessous du véritable état des choses.Je suis bien trompé, si l'accroissement rapide de la population noire, malgré l'excès reconnu des décès sur les naissances, n'est pas la preuve que l'importation annuelle, à Cuba, s'est élevée au moins au double du nombre énoncé par le commissaire. Les bénéfices de ce trafic vont de cent à deux cents pour cent; et pourvu qu'un tiers seulement des nègres pris sur la côte d'Afrique arrivent vivants à Cuba , la spéculation est regardée comme bonne ; d'où il suit que ni le risque qu'ils courent d'être capturés par les croiseurs anglais, ni la mort d'une portion considérable des nègres pendant le voyage , ne sont des circonstances qui puissent inquiéter beaucoup les marchands d'esclaves ;

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement