Page 328

312

CUBA.

et la perspicacité dont il faisait preuve auprès de ses écoliers, tout gouvernement peut se flatter d'avoir en lui un des plus précieux agents qu'il puisse employer. Nos progrès furent tels que nous fûmes en état, avant de nous séparer de notre maître, de lui témoigner notre reconnaissance et nos regrets par l'hommage d'une petite pièce de notre façon dans la langue de son pays. Le temps était délicieux et, dans le cours de notre voyage, nous passâmes bien des heures agréables à contempler cet océan qui, dans la perpétuelle mobilité de sa surface, offre une succession de scènes toujours nouvelles et toujours attachantes. Tantôt c'était un héron, au plumage tacheté de blanc et de noir, qui venait se reposer sur nos agrès; tantôt des volées de gros oiseaux d'un rouge écarlate, probablement quelque espèce d'ibis ou de flamants, qui nous apparaissaient décrivant des cercles. A quelque distance de notre navire, souvent du haut du pont, nous suivions des bandes de marsouins dont les manœuvres nous divertissaient ; l'agilité incroyable avec laquelle ils s'élancent un moment hors de l'eau, et la rapidité avec laquelle le moment d'après ils poursuivent leur course, donnent à l'observateur une idée de l'espèce de bien-être attaché à la perfection et à l'exercice des facultés physiques. J'espérais que nous allions bientôt

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement