Page 321

305

PARALLÈLE.

d'être nécessaire, et déjà même il a été retiré en grande partie. Dans toutes les îles que nous avons visitées, nous avons pu rions convaincre que les faibles garnisons qu'on y entretient encore dans un but politique , sont complètement inutiles, et qu'on pourrait, sans le moindre danger, en rappeler jusqu'au dernier soldat; nous ne faisons, sur ce point, que partager l'opinion générale des planteurs eux-mêmes. D'un autre côté, nous ne nous sommes pas aperçus qu'il résultat le plus léger inconvénient des différences physiques des deux races. Nous pouvons assurer que les noirs, loin d'éprouver aucune antipathie pour les blancs, n'ont pour eux que des sentiments de respect, de déférence et d'affection ; et l'on voit s'effacer journellement tous les préjugés des blancs contre les noirs. Bien que les mariages entre eux soient encore fort rares, déjà les distinctions de couleur sont oubliées à un point dont on n'aurait pu se flatter. Tous sont maintenant sur le pied d'égalité politique le plus absolu ; la mesure d'influence de chaque individu, noir, mulâtre ou blanc, repose, comme il est juste, sur sa légitime et véritable base, c'est-à-dire, sur la propriété, sur le talent, sur l'éducation et sur le caractère; et, comme les nègres acquièrent de plus en plus ces éléments d'influence, leur puissance poli20

Un hiver aux Antilles en 1839-40  
Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement