Page 320

304

PARALLÈLE.

bonne fortune pour moi que d'entendre John C. Calhoun, et j'annonçai l'intention où j'étais d'essayer de lui répondre, en demandant toutefois le temps de la réflexion. En attendant, je me hasardai à observer en premier lieu, que l'influence politique , lorsqu'elle est basée sur la propriété , n'a, de sa nature, rien que de rassurant, puisque les principes de l'évangile du Christ étaient un remède suffisant contre tous les préjugés de race, de caste ou de couleur. Depuis ce moment-là, il m'est souvent arrivé de revenir sur les arguments de l'illustre sénateur; je les ai jugés, et j'ai reconnu tout ce qu'ils ont d'essentiellement faux. D'abord, en ce qui concerne la Jamaïque, le bras puissant du gouvernement britannique était en effet jugé nécessaire pour protéger les blancs, pendant l'esclavage, au temps où les planteurs et leurs familles étaient sur le bord d'un volcan qui pouvait chaque jour produire une explosion générale ; et même, malgré cette protection , je crois qu'on peut dire avec vérité que cette explosion aurait éclaté, sans la longanimité extraordinaire, sans l'inépuisable patience de la race nègre. Mais aujourd'hui, sous le régime de la liberté, le volcan est éteint ; la plus parfaite sécurité règne parmi les planteurs et leurs familles; ce bras protecteur d'un tiers a cessé

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement